Prochain concert


2019

Oratorio « A Child of our Time » de Sir Michael Tippett

  • Mercredi 6 mars 2019 à 20 h 00, Salle Métropole, Lausanne
  • Dimanche 5 mai 2019 à 17 h 00, Cathédrale St-Pierre, Genève

Oratorio « A Child of our Time » de Sir Michael Tippett

  • Mercredi 6 mars 2019 à 20h, Salle Métropole, Lausanne
  • Dimanche 5 mai 2019 à 17h.00, Cathédrale St-Pierre, Genève

Sous la direction de Renaud Bouvier, nous interpréterons l’Oratorio A Child of our Timeavec le Chœur Laudate, accompagnés par l’Orchestre de Chambre de Lausanne et quatre solistes vocaux qui sont Elizabeth Bailey – soprano, Annina Haug – alto, Valerio Contaldo – ténor, Lisandro Abadie – basse.

A Child of our Time, une œuvre emblématique, visionnaire et dont la portée reste d’une actualité manifeste, est très rarement jouée en Suisse romande.

Michael Tippett, bouleversé par la tristement célèbre Nuit de Cristal qui vit une vague d’arrestations de Juifs en novembre 1938 suite à l’assassinat par un jeune juif polonais, Herschel Grynszpan, d’un diplomate de l’ambassade d’Allemagne à Paris, a composé cette œuvre métaphysique et éthique.

Après avoir sollicité T.S. Eliot, Tippett suivit son conseil d’en écrire lui-même le livret. A Child of our Timeinterroge le côté à la fois sombre et lumineux de l’homme face à une société violente. Il met en relief les thèmes de la persécution sociale et de la résistance de l’esprit humain, de la réconciliation et de la rédemption, comme le montre le choral Behold the man, the scapegoat(allusion au Behold the man of God du Messie de Haendel). De manière très personnelle, l’œuvre de Tippett débouche sur une morale alternative : assumer et connaître la part sombre qui habite chacun d’entre nous, là est le salut.

Michael Tippett crée son oratorio en 1944, dans une Angleterre encore en guerre, après en avoir écrit le texte et la partition entre 1939 et 1941. A Child of Our Timedevient tout de suite très populaire, grâce notamment aux cinq spiritualsqui le jalonnent, évocation des chorals de Bach dans un oratorio, empruntés pourtant à la culture noire américaine. Tippett évoque ainsi l’oppression des juifs via celle des esclaves, une façon d’élargir le propos à l’humanité entière.

Parallèlement, Tippett puise dans des répertoires très variés pour nourrir son écriture. Ainsi le jazz, la musique de films et la musique vocale anglaise ancienne y trouvent leurs places aux côtés de l’écriture plus resserrée de la musique de ses contemporains. L’orchestration admirable, très colorée, cuivrée, fait cohabiter les aspects les plus sombres et les plus lumineux du propos du compositeur.

La première partie pose de manière abstraite la situation du monde qui s’enfonce dans les ténèbres froides : elle décrit en termes généraux l’oppression et la violence du monde contemporain. La deuxième relate l’« histoire » des personnages, le coup de feu, ses conséquences, dans une parabole universelle. La troisième reprend le surplomb abstrait pour tenter de dégager une morale à l’œuvre en forme de réconciliation avec soi-même. Ainsi ce qui commence dans le froid le plus intense s’achève dans le renouveau : « It is spring ».

Chœur

Notre histoire

À l’origine du Chœur de la Cité, il y a le Chœur Universitaire de Lausanne, fondé à la fin des années 1940 par Carlo HEMMERLING. Quelques dix ans plus tard, celui-ci confie la direction du chœur à Charles DUTOIT. En 1963, c’est Michel CORBOZ qui lui succède. Son dynamisme l’amène à créer en 1965 le Grand Chœur de l’Université de Lausanne.

En 1973, le Grand Chœur prend son autonomie par rapport à l’Université et devient le Chœur de la Cité de Lausanne (CCL), toujours sous la direction de Michel Corboz. En 1979, ce dernier remet la baguette du CCL à Véronique CARROT.Parallèlement à une carrière de claveciniste et de chef de chœur à l’Opéra de Lausanne, Véronique Carrot a permis durant plus de vingt-cinq ans au Chœur de la Cité de Lausanne d’aborder des œuvres très variées et de se développer. En 2006, elle a souhaité se retirer.

Pour lui succéder, le CCL a choisi Dominique TILLE. Ancien élève de Michel Corboz et de Michel Marc Gervais au Conservatoire de Genève, ainsi que de Kai Uwe Jirka à l’Universität der Künste à Berlin, Dominique Tille transmet sa passion pour la musique chorale. Sa recherche des multiples facettes de l’art choral, son engagement dans la formation et la promotion de l’art choral en Suisseimprime au chœur une nouvelle dynamique. Avec lui, le CCL a abordé de grandes œuvres du répertoire comme le Requiem de Mozart, la Messe de Dvorak, Membra Jesu nostri de Buxtehude, la Passion selon St-Mathieu de J.S. Bach, Les Saisons de J. Haydn ou des Cantates de Bach. Il a aussi exploré des terres moins connues, comme la musique chorale scandinave a cappella ou des œuvres contemporaines telles que les Chichester Psalms de L. Bernstein ou des compositions de Whitacre ou Lauridsen.

En 2015, un spectacle autour des opéras de Rameau alliant chœur, solistes et danseurs a enchanté plus de 1’200 spectateurs.

Renaud BOUVIER a repris la direction artistique du CCL en octobre 2015. Depuis, des œuvres de Schumann, Brahms, Poulenc, Pärt, Schubert, Charpentier, Scarlatti, Nystedt, Bach ont été interprétées. Un concert d’œuvres du XXIe de M. Hostettler et V.  Villard a été donné à la Cathédrale de Lausanne puis à l’Eglise de Saanen en mars 2017, en création mondiale diffusée par Espace 2.

Chef

Renaud Bouvier

Renaud Bouvier achève sa formation de direction d’orchestre en 2002, chez Hervé Klopfenstein au Conservatoire de Lausanne, après des études de basson, de chant, d’analyse musicale et d’orchestration. Licencié en lettres de l’Université de Lausanne, il a été assistant en littérature française et a mené durant 20 ans des mandats de recherche et d’édition en littérature française.

Renaud Bouvier dirige de nombreux chœurs en Suisse Romande : le chœur Hostias qu’il a créé en 2003 et dirigé jusqu’en 2015, le chœur symphonique neuchâtelois Cantabile depuis 2010, le Chœur de La Cité de Lausanne depuis 2015. Avec ces différents ensembles, il dirige un répertoire très varié, allant des œuvres de Bach au répertoire contemporain en passant par les grandes œuvres du XXe siècle comme Saint Nicolas de Britten, le Gloria de Poulenc ou la Symphonie des Psaumes de Stravinski.

Avec les Vocalistes Romands, ensemble qu’il dirige depuis 2003, Renaud Bouvier se consacre au répertoire du chœur de chambre, du XVIIe au XXIe siècles, souvent a cappella dans des programmes qui allient exigences musicales et exploration du répertoire.

En août 2009, il co-fonde, avec Dominique Tille, l’Académie Vocale de Suisse Romande, chœur de chambre professionnel, et reçoit en 2012 le prix Hector Berlioz du meilleur enregistrement de musique sacrée 2012 de l’Académie du disque lyrique à Paris (CD enregistré en 2011 pour le label français K 617, Missa Choralisde F. Liszt en compagnie de l’organiste Benjamin Righetti).

Contact